# # Robots.txt file for http://www.capucine11.com # Generated by www.iseom.com - see website for more SEO tools User-agent: * 25 - La basilique Saint-Martin - Histoires en Pays de Loire
 
cliquez à droite pour un accompagnement musical
Le pèlerinage de Saint-Martin, existant bien avant celui de Saint-Jacques de Compostelle, était le 3ème au monde après Rome et Jérusalem, puis une étape incontournable de Saint-Jacques de Compostelle. Châteauneuf devient le véritable centre économique de l’ensemble tourangeau.
 
Nous avons vu la dernière fois les illustres pèlerins de Saint-Martin (rois et papes), citons encore ici le roi Charles VII, qui offre avec sa favorite Agnès Sorel une châsse d’or à la basilique pour y transférer le corps de St-Martin.
 
Mais pendant les guerres de religions, les Huguenots saccagent ce nouveau tombeau et seules sont sauvées quelques reliques du Saint : un morceau du crâne et un os du bras.
 
La basilique du XIe siècle, remaniée plusieurs fois au fil du temps et des modes architecturales, survit jusqu’à la révolution. Pendant cette époque mouvementée, elle sert d’abord d’écurie, puis de carrière de pierres… Disons que les gens viennent se servir tout simplement. Une fois les pierres du chaînage enlevées, la nef s’effondre.
- la « tour de l’Horloge », qui était en façade.
Après les invasions normandes, la Martinopole se met à l’abri derrière un rempart et prend le nom de « Châteauneuf ». La basilique, complètement détruite, est reconstruite dès le XIe siècle, encore plus grande. Elle mesure 114 m de longueur et 24 m de hauteur sous voute.
En 1802, le préfet Pommereul  veut en finir avec cette ruine et ordonne sa destruction. Les pierres sont vendues, on fait construire la rue des Halles et des immeubles pour assurer la démolition presque complète de la basilique. Il n’en reste aujourd’hui que quelques vestiges, dont deux tours :
- la « tour Charlemagne », appelée ainsi car la femme de Charlemagne est enterrée au pied de celle-ci, était située au bout du transept nord.
Elles sont séparées aujourd’hui par la rue des Halles, qui passe donc en plein milieu de la malheureuse basilique !
 
Ce n’est qu’en 1860 que le tombeau de Martin est retrouvé grâce à des fouilles et que la décision est prise de construire une nouvelle basilique, dont l’architecte sera Victor Laloux.
 
Regardez bien le plan, qui explique tout.
Le tombeau de Saint-Martin a changé de châsse, nous l’avons vu, mais jamais de place. De la toute première chapelle à la grande basilique, il a toujours été placé dans le chœur.
 
Il fallait donc qu’il y reste ! Et que le chœur soit construit à cet emplacement précis.
En soi, ce n’était pas un problème, sauf que les édifices religieux étaient traditionnellement orientés d’Est en Ouest, et là, ce n’est plus possible. Souvenez-vous ! La rue des Halles qui passe en plein milieu… et les maisons ! Que faire ?
 
Qu’à cela ne tienne ! On va l’orienter dans l’autre sens, où il y a plus de place… toutefois pas assez pour lui donner des dimensions aussi imposantes que la précédente.
 
Et la nouvelle basilique fait ainsi exception à la règle on ayant une orientation Nord-Sud.
Que dire de cette nouvelle basilique ? Elle est beaucoup plus petite, et… reflète bien son époque, le XIXe !
 
Epoque romantique, qui n’a pas vraiment de style bien déterminé (la révolution est passée par là, obligeant à plus de modestie). Epoque où l’on s’inspire, selon son goût, de ce que l’on aime le plus des styles du passé. On construit ainsi souvent du « néo-gothique », du « néo-tout »… ici, ce sera du « néo-romano-byzantin » !
Ainsi s’expliquent la coupole, les décorations avec des éléments de styles mélangés, les colonnes en imitation marbre (le vrai est trop cher) et le tombeau de Martin, lui qui voulait un simple lit de cendres, se retrouve en forme de temple grec.
laissez un commentaire en cliquant dessous
(*) commentaire(s)
Gardons plutôt en mémoire, grâce aux documents qui sont parvenus jusqu’à nous, l’image de la basilique du XIe siècle, qui correspond à l’époque qui va nous intéresser maintenant, l’époque féodale avec deux grandes familles régnant dans la région : les Comtes de Blois et les Comtes d’Anjou… mais ce sera pour la prochaine fois…
25 - La basilique Saint-Martin
article précédent
Haut de page
article suivant
Je dédie ce site et cette histoire à Gérard Parlant, mon ami et fidèle soutien
Tous mes remerciements à Alain Brugnot, peintre, poète... et mon infatigable correcteur
Referencement gratuit de votre site.

SEO Tools

Tous droits réservés - 2009 - capucine11/Marie-Line Pelletier

hotel
capucine11 participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr

Annuaire et services