# # Robots.txt file for http://www.capucine11.com # Generated by www.iseom.com - see website for more SEO tools User-agent: * Histoire, balades et visites en Pays de Loire
 
Jacques de Molay et tous les Templiers qui sont revenus sur leurs aveux sont condamnés au bûcher...
La malédiction s’étend même à la descendance :
 
« Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races »
« La malédiction divine… détruira ta postérité»
 
Effectivement, il nous semble bien, quand on y pense, que cette lignée royale est maudite… car la dynastie des Capétiens directs va s’éteindre avec les trois fils de Philippe le Bel : Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Charles IV le Bel.
Enfin ! Il est toujours facile de faire dire des choses à quelqu’un après que les évènements ont eu lieu… Une fois la dynastie éteinte, il est facile de dire que Jacques de Molay avait prédit tout ça en maudissant le roi et sa descendance !
Il faut dire que les scandales et tragédies à répétition qui vont se succéder juste après cette sinistre affaire des Templiers et qui vont mettre fin à cette dynastie forment une bien curieuse coïncidence !
 
Eh oui ! La dynastie va s’éteindre de manière dramatique, comme nous le verrons la prochaine fois…
L’amalgame avec Jacques de Molay apparaît au XVIe siècle. L’appel au jugement de Dieu devient une véritable malédiction prononcée par Jacques de Molay à l’adresse de Philippe le Bel et de Clément V.
Les historiens postérieurs reprendront longtemps ce thème devenu évident, comme François Mézeray au XVIIe qui dit avoir lu (sans préciser où) :
« J’ai lu que le Grand Maître n’ayant plus que la langue libre et presque étouffé de fumée, dit à haute voix : Clément, juge inique et cruel bourreau, je t’ajourne à comparaître, dans quarante jours, devant le tribunal de Dieu. Et toi Philippe, Roi de France, tu ne finiras point l’année qui vient de commencer et la malédiction divine frappera tes complices et détruira ta postérité. »
 
Cette légende populaire devient une véritable tradition et a été remise à l’honneur par l’écrivain Maurice Druon dans son roman : « Les rois maudits », où la malédiction devient :
« Pape Clément !... Chevalier Guillaume !... Roi Philippe !... avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races. »
retour à la page principale
article suivant
La légende veut qu’à l’instant de succomber dans les flammes, Jacques de Molay lance une malédiction au pape et au roi, les invitant à le rejoindre dans la mort dans l’année. Une légende qui varie selon les époques :
Certains attribuent la malédiction au maître de l’Ordre, Jacques de Molay, d’autres à un Templier anonyme.
 
Un chroniqueur, Ferrero de Ferretis, rapporte vers 1330 les dernières paroles d’un Templier anonyme, que ce dernier aurait prononcées face au pape durant son procès :
" Avec Philippe roi de France tu es responsable de notre condamnation, et à l'heure du jugement dernier tu comparaîtras devant Dieu pour répondre de notre mort et donner ta défense "
A cette époque, Jacques de Molay n’est pas au centre de la légende. Il en sera ainsi jusqu’au XVIe siècle.
 chapitre VIII - Les Templiers
55 – La malédiction des Templiers
D’autres vont plus loin encore, en attribuant la mort du roi Louis XVI, guillotiné à la révolution, à cette même malédiction, treize générations plus tard, le chiffre 13 agissant comme un porte-malheur. Lors de son exécution un homme se serait écrié dans la foule : « Jacques de Molay, tu es vengé ! »
 
En réalité, Jacques de Molay n’a probablement pas pu lancer cette malédiction. Presque étouffé de fumée, il aurait simplement réclamé une croix et prié.
 
Si l’on suit Colette Beaune, historienne médiéviste française, professeur à l'Université Paris X–Nanterre : « c’est parce que les capétiens étaient considérés comme maudits de leur temps qu’il fallut bien en trouver la raison et quelqu’un pour la dénoncer. »
 
Les évènements qui ont suivi de près la mort de Molay ne peuvent en effet qu’alimenter les spéculations et légendes les plus diverses, voire faire naître cette histoire de malédiction qu’aurait lancée Jacques de Molay.
 
De fait, le pape Clément V et le roi Philippe le Bel meurent respectivement le 20 Avril et le 29 Novembre de la même année...
laissez un commentaire en cliquant dessous
(*) commentaire(s)
cliquez à droite pour un accompagnement musical
- Philippe le Bel le suit de près dans la mort. La même année, il succombe à 46 ans à un bizarre accident de chasse au sanglier. Après avoir fait une chute de cheval, il est atteint d'une attaque cérébrale (un ictus cérébral). Il meurt dans d’atroces souffrances à Fontainebleau, disant que les diables le tiraient par les pieds.
- Clément V meurt d’étouffement, seul dans sa chambre, un mois après le bûcher fatal. Sans doute atteint d’un cancer des intestins, ses médecins lui faisaient ingurgiter des émeraudes pilées pour tenter d’apaiser ses douleurs… C’est le seul pape qui meurt ainsi abandonné par ses proches. Durant la veillée funèbre, un cierge renversé met le feu au catafalque et carbonise le mollet du pape défunt. (poursuivi jusque dans la mort ?)
pour lire comme dans un livre
article précédent
Personnages de l'histoire
Accueil Sommaire VisitesAlbums photos L'échoppe des histoiresSites amis Contact 
Je dédie ce site et cette histoire à Gérard Parlant, mon ami et fidèle soutien
Tous mes remerciements à Alain Brugnot, peintre, poète... et mon infatigable correcteur
Referencement gratuit de votre site.

SEO Tools

Tous droits réservés - 2009 - capucine11/Marie-Line Pelletier

hotel
capucine11 participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr

Annuaire et services