# # Robots.txt file for http://www.capucine11.com # Generated by www.iseom.com - see website for more SEO tools User-agent: * Histoire, balades et visites en Pays de Loire
 
Boniface VIII
Par une bulle, Boniface VIII affirme sa supériorité sur le pouvoir du roi. Le roi demande alors un concile pour destituer le pape, lequel excommunie en retour Philippe le Bel et toute sa famille. Guillaume de Nogaret, en fidèle serviteur du roi de France, se rend en Italie en vue de se saisir de Boniface VIII. Son intention est de faire traduire le pape devant un concile général en vue de sa destitution.
L'homme de confiance de Philippe le Bel se présente avec une petite troupe à Anagni, dans le palais pontifical.  Plusieurs soldats assaillent le pape avec des injures et le traitent violemment. Toutefois, les assaillants n'osent pas se saisir de la personne du pape et après deux jours de harcèlement, ils doivent s'enfuir. Le pape, cependant, ne survivra qu'un mois à cette humiliante rencontre.
Selon des chroniqueurs, il est mort de rage, allant jusqu’à refuser le saint viatique et sans avoir pu publier sa bulle contre Philippe.
Qu’adviendra-t-il des Templiers ?
 
Leur retour ne peut pas plaire à tout le monde, d’autant que l’Ordre ne fait que s’enrichir au fil du temps : donations, achats, intérêts des prêts accordés… tout semble donner à l’Ordre une puissance lui permettant de bouleverser l’organisation féodale.  
 
Les Templiers possèdent non seulement  des richesses immenses, mais, surtout, ils possèdent une puissance militaire équivalente à 15 000 hommes dont 1 500 chevaliers entraînés au combat. Cette force est entièrement dévouée au pape et ne peut que se révéler gênante pour le pouvoir en place. La présence du Temple en tant que juridiction pontificale limite grandement le pouvoir du roi sur son propre territoire.
 
La royauté est frustrée de ne pas pouvoir contrôler les Templiers.
Tous mes remerciements à Alain Brugnot, peintre, poète... et mon infatigable correcteur
Comme nous l’avons vu, le Temple s’est implanté partout, en Orient comme en Occident et ses sources de revenus sont aussi multiples que variées. C’est une araignée qui a remarquablement su tisser sa toile !
Le Temple se transforme petit à petit en une énorme puissance économique et devient l’une des principales institutions financières occidentales… et la seule qui soit sûre ! Les « pauvres chevaliers du Christ » prêtent de l’argent à toutes sortes de personnes ou institutions : pèlerins, croisés, marchands, clergé, rois et princes…
 
Ils deviennent banquiers des biens de l’Eglise et de ceux des rois d’Occident : on peut citer Louis VII, Jean sans Terre, Henri III d’Angleterre, Philippe IV Le Bel.
 
Ils prêtent de l’argent officiellement sans intérêt, car l’usure, c'est-à-dire  une tractation comportant le paiement d’un intérêt, est interdite par l’Eglise aux chrétiens et à plus forte raison aux religieux. Hors, le montant du remboursement est souvent supérieur à la somme initiale en étant camouflé par un acte de changement de monnaie. C’est une façon courante de contourner l’interdit.
 
A de nombreuses reprises dans l’histoire des croisades, l’ordre du Temple a aidé les rois en proie à des difficultés financières, voire même renfloué les caisses royales momentanément vides (croisade de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine), ou payé les rançons de rois faits prisonniers comme ce fut le cas pour Saint Louis (Louis IX).
Personnages de l'histoire
mort de Saint Louis devant Tunis
Philippe IV le Bel (dernier roi capétien) rentre en conflit avec le pape Boniface VIII. On dit de celui-ci qu’il est « devenu pape comme un renard, a régné comme un lion et est mort comme un chien ». C’est pourtant lui qui a canonisé Louis IX en 1297, désormais appelé saint Louis de France, ce qui fait de Philippe le Bel le petit fils d’un saint.
Jacques de Molay
Guillaume de Nogaret
50 – Quand les Templiers deviennent
une menace…
C’est d’ailleurs précisément après l’échec de cette huitième et dernière croisade de Saint Louis, qui s’achève par la mort de la peste du roi devant Tunis en 1270, que Saint-Jean-d’Acre et les dernières possessions franques de Terre Sainte tombent définitivement entre les mains des Sarrasins. Les chrétiens sont alors obligés de quitter la Terre Sainte, les Templiers se retirent à Chypre puis reviennent en Occident occuper leurs commanderies et la question de l’utilité du Temple se pose fortement car il avait été créé à l’origine pour défendre les pèlerins.
cliquez à droite pour un accompagnement musical
Philippe le Bel cherche aussi par tous les moyens à utiliser les Templiers à ses fins.
Il essaie d’abord de se faire nommer « Maître » du Temple tout en restant Roi de France, mais il essuie un refus cuisant.
Il cherche alors à faire fusionner l’ordre du Temple avec celui des Hospitaliers (deux ordres concurrents) afin de constituer une force suffisante pour préparer une nouvelle croisade, mais le Maître de l’Ordre, Jacques de Molay s’entête à refuser dans le seul but non avoué de garder une place qui risque de lui échapper !
Frustré par ces échecs, Philippe le Bel n’a plus qu’une idée en tête : détruire à tout prix ces Templiers et leur Maître, devenus trop puissants et trop peu accommodants à son goût. Il en oublie l’aide précieuse qu’ils lui ont pourtant apporté par le passé en le protégeant des émeutes à Paris qui ont failli lui coûter la vie.
 
L’opinion publique européenne elle-même commence maintenant à s’interroger sur la légitimité du Temple. A quoi peut-il encore servir ? La méfiance du peuple est attisée aussi par tant de richesses et le luxe ostentatoire dans lequel vivent certains Templiers. Où sont la foi, l’austérité et l’humilité de l’Ordre religieux initial ?
Le fait de mener une vie sans rapport avec l’idéal monastique est jugé inacceptable… Il en est resté l’expression : « boire comme un Templier » !
 
Le peuple, le roi, tout le monde semble vouloir leur perte… Encore faut-il trouver une raison avouable et valable pour entamer une procédure !… C’est ce que nous verrons la prochaine fois…
(*) commentaire(s)
Louis IX (Saint Louis)
Là, se pose aussi le problème de la supériorité du pouvoir pontifical sur le pouvoir temporel des rois.
Philippe IV le Bel
Accueil Sommaire VisitesAlbums photos L'échoppe des histoiresSites amis Contact 
Je dédie ce site et cette histoire à Gérard Parlant, mon ami et fidèle soutien
Tous mes remerciements à Alain Brugnot, peintre, poète... et mon infatigable correcteur
Referencement gratuit de votre site.

SEO Tools

Tous droits réservés - 2009 - capucine11/Marie-Line Pelletier

hotel
capucine11 participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr

Annuaire et services