# # Robots.txt file for http://www.capucine11.com # Generated by www.iseom.com - see website for more SEO tools User-agent: * 4 - Le bain à travers l'histoire - Histoires en Pays de Loire
 
A l’âge adulte, les bains sont tout à fait intégrés à la vie quotidienne. Chaque quartier possède ses bains propres. Il est plus facile pour la plupart des gens d’aller aux étuves que de se préparer un bain chaud chez soi. Les « thermes » existent donc encore et la mode des bains est d’ailleurs remise à l’honneur par l’intermédiaire des croisés qui découvrent l’Empire Romain d’Orient (eh oui, toujours les Romains !). Ils y découvrent la relaxation du bain et rapportent chez nous cette pratique de bien-être.
 
Vers le XIIe siècle, la simplicité des mœurs fait qu’on ne voit pas malice à se montrer nu, les bains sont pris en commun, mais au fil du temps cette pratique prend un « caractère plaisant » prétexte à toutes sortes « d’agréments » galants.
Au XVIe siècle, Les plus riches disposent de bains privés, dont on use pour honorer les invités lors de festivités, et où il n’est pas rare de manger. Il est réservé à une élite cultivée et savante. Il fait l’objet de tout un cérémonial qui se donne dans la chambre, espace de réception et est accompagné de nombreux parfums, herbes rares et ustensiles de toilette précieux.
Petit à petit, les bains privés finissent par disparaître à leur tour.
 
Pour se laver, on change de linge de corps…c’est la naissance de la chemise, blanche de préférence, dont les cols et manchettes dépassent pour montrer que l’on est propre.
 
On pratique maintenant « la toilette sèche » : on utilise uniquement un linge propre et sec pour frotter les parties visibles du corps (le visage et les mains). On pense que les vêtements captent la saleté, donc le corps dessous est propre et pas besoin de se laver…les parfums font le reste.
 
Le bain ne se prend plus que sur ordonnance médicale.
Toujours à Versailles, vous pouvez voir la reine Marie-Antoinette sur cette petite vidéo qui déteste tout le cérémonial de la toilette, car publique, mais qui adore prendre son bain. Par contre, il faut se reposer après… pour s’en remettre ! L’eau est toujours dangereuse !
Etuves publiques
 
On voit sur cette miniature des couples qui, après avoir festoyé autour d’une table installée dans une immense cuve remplie d’eau, se dirigent vers les chambres à coucher.
 
En d’autres termes, les bains publics deviennent progressivement des lieux de débauche, de prostitution. Ce sont de vrais « bordiaux ».
Pour Henri IV, le bain n’est qu’un prétexte à des rendez-vous galants….quand il en prend !
 
Une fois par mois… même s’il n’en a pas besoin !
Son odeur était si forte qu’elle en piquait les yeux !
 
En fait, grand amateur d’ail, il aime aussi les odeurs corporelles fortes au point, paraît-il, de demander à ses maîtresses de ne pas se laver avant l’acte.
 
On comprend que Gabrielle ait eu envie de prendre un bain….après !
Même Louis XIV , le grand « Roi Soleil », en est réduit aux simples ablutions.
 
En construisant Versailles, il fait aménager un appartement de bains de plusieurs pièces richement décoré d’œuvres d’art et de marbre, mais la baignoire octogonale finira en bassin dans les jardins, car la faculté (comprenez les médecins) lui déconseille les bains, trop dangereux. Le roi se lave le visage et les mains…et cache les odeurs à grand renfort de parfums.
laissez un commentaire en cliquant dessous
(*) commentaire(s)
En fait, on se lavait fréquemment, non seulement pour être propre, mais aussi par plaisir. Il y a même une véritable obsession de la propreté infantile. Les bébés sont lavés plusieurs fois par jour, après chaque sieste :
 
le bain est donné
 
« quand l’enfant aura assez dormi, même si l’on doit le laver trois fois par jour. On le baigne pour nourrir la chair nettement».
4 - Le bain à travers l'Histoire
Cette peinture nous montre
Gabrielle d’Estrées au bain avec sa sœur. Le pincement de téton signifie que Gabrielle est enceinte. Rappelons qu’elle était une des favorites d’Henri IV, dont elle eut 3 enfants.
Les Romains aiment l’eau et nous en donnent le goût pendant plus longtemps qu’on ne le pense. On s’imagine souvent que les hommes et les femmes du Moyen Age ne se lavaient pas, ou peu. C’est injuste !
Haut de page
article suivant
article précédent
Il faut attendre le XIXe siècle pour voir un renouveau de l’hygiène avec les fosses sceptiques, les eaux usées, le début du tout à l’égout, qui remplace le « tout à la rue », la toilette quotidienne à l’eau et au savon.
 
Mais tout cela va prendre du temps :
 
-  en 1962 : seulement 29% des foyers ont une baignoire ou une  douche.
 
-   Aujourd’hui, 44% des Français se lavent tous les jours.
Des règlements tentent bien d’interdire l’accès aux bains des malades (en particulier les lépreux) et des prostituées. A la fin du XVe siècle, les procès se multiplient….en vain. Le ver est dans le fruit ! Ils doivent fermer. Cela devient même inévitable avec l’apparition de la syphilis. C’est la fin des bains publics.
 
Finis les bains d’immersion, voici venue l’ère des ablutions. L’eau devient objet de toutes les craintes. On croit qu’elle ouvre les pores de la peau et que les microbes peuvent ainsi rentrer.
Je dédie ce site et cette histoire à Gérard Parlant, mon ami et fidèle soutien
Tous mes remerciements à Alain Brugnot, peintre, poète... et mon infatigable correcteur
Referencement gratuit de votre site.

SEO Tools

Tous droits réservés - 2009 - capucine11/Marie-Line Pelletier

hotel
capucine11 participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr

Annuaire et services