# # Robots.txt file for http://www.capucine11.com # Generated by www.iseom.com - see website for more SEO tools User-agent: * 80 - Le combat final (texte) - Histoires en Pays de Loire
 
Referencement gratuit de votre site.
+
Referencement gratuit de votre site.

SEO Tools

Vikaero.com - Annuaire généraliste
ma fiche
Les meilleurs jeux flash gratuit.

hotel

Annuaire et services

cliquez à droite pour un accompagnement musical
Nous voici à la fin des temps. Après la chute de Babylone, prophétisée et réalisée, le Christ accomplit « le jour de Yahvé » . En ce jour, le Seigneur lui-même intervient contre les coupables pour exercer ses jugements. Ce jour manifeste donc la colère et la justice de Dieu. Le Christ arrive à la tête de l’armée céleste, monté sur un cheval blanc et tenant un glaive dans sa bouche, symbole de la parole exterminatrice de Dieu. On le voit aussi en même temps foulant la cuve de la colère de Dieu… on ne peut être plus clair quant à ses intentions !
« Le cavalier s’appelle « fidèle » et « vrai ». Il juge et fait la guerre avec justice… Ses yeux ? Une flamme ardente, sur sa tête, plusieurs diadèmes (car il est roi des rois)… inscrit sur lui un nom qu’il est le seul à connaître, le manteau qui l’enveloppe est teint de sang. Les armées du ciel le suivent sur des chevaux blancs, vêtues de lin d’une blancheur parfaite… »
Jean voit alors un ange « debout sur le soleil » qui convie tous les oiseaux qui volent au zénith à dévorer la chair de ceux qui ont vécu dans l’impiété (regardez celui qui se fait manger le postérieur en bas à droite).
Le cavalier au glaive (le Christ), suivi par l’armée du ciel, charge les bêtes, les rois de la terre et leurs armées assemblées pour combattre contre le ciel. Tiens, tiens, dans l’armée se trouvent quelques soldats anglais, c’est vrai que la tapisserie a été tissée en pleine guerre de cent ans… !
Par contre, dans l’armée du Christ on distingue à peine trois petits bonshommes dont l’un tient sa lance plutôt mollement et se retourne, davantage occupé à discuter avec son voisin qu’à combattre farouchement l’ennemi… la victoire lui semble sans doute gagnée d’avance! L’armée des ennemis de Dieu est exterminée et les deux bêtes sont précipitées, vivantes, dans un étang de soufre. « Les autres furent tués par le glaive du cavalier qui sort de sa bouche et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair. »
Le Christ porte en principe sept diadèmes, remplacés ici par un énorme turban bien encombrant.
Après les deux bêtes et leurs armées, c’est leur chef, le dragon, qui est anéanti. Un ange descend du ciel tenant une chaîne et une clé. Il maîtrise le dragon et l’enferme dans l’abîme pour 1000 ans. « Il mit un sceau sur lui pour qu’il ne séduisit plus les nations jusqu’à ce que les 1000 ans fussent accomplis. Après cela il faut qu’il soit délié pour quelques temps. »
Pourquoi 1000 ans, peut-on se demander ? Rappelez-vous… tout est symbole dans l’Apocalypse. Le nombre 1000 désigne une grande quantité, une multitude. Il parait que, pour Dieu, 1000 de nos années sont comme un jour.
Une période de prospérité de cette même durée s’ouvre alors pour l’Eglise, pendant laquelle les martyrs reprennent vie et règnent avec le Christ . Les autres morts ne peuvent reprendre vie avant l’achèvement de ces 1000 ans. C’est la « première résurrection » .
Au bout de la millième année, le dragon est délivré . Intéressant quand même de voir qu’il est donné, même à Satan, une deuxième chance de devenir meilleur… ! Mais la leçon n’a pas porté car il assiège aussitôt la ville des serviteurs de Dieu avec une armée innombrable… Alors un feu tombe du ciel et anéantit les assaillants.
Sur la tapisserie, les serviteurs de Dieu, bien à l’abri des créneaux de la forteresse, regardent cet assaut, pas plus inquiets que ça, ainsi que les gardes, dont l’un assiste même au spectacle tranquillement assis par terre, en discutant avec son voisin.
C’est maintenant l’heure de la résurrection des morts et du jugement dernier . Là, intervient le juge suprême. La création présente va s’effacer devant une autre, toute nouvelle, et les livres de vie de ceux qui vont être jugés vont s’ouvrir :
« Je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône ; on ouvrit des livres, puis un autre livre, celui de la vie ; alors les morts furent jugés d’après le contenu des livres, chacun selon ses œuvres… et la mort et l’Hadès furent jetés dans l’étang de feu… » Après le jugement dernier, la mort elle-même sera réduite à l’impuissance. Elle n’aura plus de prise sur les fidèles qui vivront dans la vie éternelle.
Un ange muni d’un roseau d’or montre à Jean la Jérusalem céleste . Ce dernier doit mesurer la ville. La composition ne semble pas très équilibrée : un espace très aéré à gauche, la ville se trouve ramassée dans un coin à droite. Jean et l’ange sont les personnages principaux.
Jean voit alors une ville splendide descendre du ciel : c’est la cité des élus, un don de Dieu, la « Jérusalem Nouvelle » : « Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre car le 1er ciel et la 1ère terre ont disparu et la mer aussi. Je vis descendre du ciel la Nouvelle Jérusalem. Elle s’était faite belle comme une jeune mariée, parée pour son époux. » C’est l’épouse de l’agneau ; ce sont les nouvelles fiançailles de Jérusalem avec son Dieu et l’idéal de l’exode enfin atteint. « Voici la demeure de Dieu avec les hommes, il aura sa demeure avec eux… Il essuiera toutes les larmes de leurs yeux ; de mort il n’y en aura pas, de pleurs, de cris et de peines, il n’y en aura plus car l’ancien monde s’en est allé. »
Ses visions achevées, Jean s’agenouille devant l’ange pour l’adorer mais celui-ci le retient et lui dit : « Prosterne-toi devant Dieu. Je ne suis que ton compagnon de service. » Il lui demande aussi de transmettre au monde les paroles prophétiques du livre, en somme de transmettre ses visions.
Voici la description, d’après le texte biblique, de la Jérusalem Nouvelle : « Elle est munie d’un rempart de grande hauteur pourvu de 12 portes qui sont 12 perles. Au-dessus se trouvent 12 anges et les noms inscrits sont ceux des 12 tribus des enfants d’Israël. La muraille avait 12 pierres fondamentales, portant chacune les noms des 12 apôtres de l’Agneau. Cette ville dessine un carré (signe de perfection car la longueur, la largeur et la hauteur y sont égales). La ville mesure 12000 stades (encore le symbole des chiffres : 12 multiplié par 1000, donc immense), la muraille fait 144 coudées (12 x 12) de haut. Ce rempart est construit en jaspe, et la ville est de l’or pur, comme du cristal bien pur… elle peut se passer de l’éclat du soleil et de celui de la lune, car la gloire de Dieu l’a illuminée et l’Agneau lui tient lieu de flambeau… » « Au milieu de la ville se trouve un arbre de vie qui fructifie 12 fois, une fois chaque mois… Seuls ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de l’Agneau y entreront, rien de souillé ne pourra y pénétrer. » Jean s’agenouille devant la trinité qui siège au milieu de la ville : -Dieu en majesté dans sa mandorle sur un arc-en-ciel -Son fils l’Agneau -L’Esprit, le fleuve de vie qui distribue ses bienfaits sur la nouvelle terre.
Conclusion sur l'Apocalypse page suivante
Le dragon, anéanti une deuxième fois, est précipité dans l’étang de soufre où il rejoint la bête et le faux prophète pour y être tourmenté à jamais : « pour les siècles des siècles ».
Vision de la Nouvelle Jérusalem, ou du paradis, vue avec les yeux du Moyen Âge : une forteresse bien sûr, mais glorieuse, lumineuse avec ses toits dorés. La vision de la cité sainte figure parmi les scènes les plus féériques de l’ensemble. Pour bien montrer son côté céleste, elle ne touche pas terre, elle flotte dans les airs.
« Un fleuve brillant comme du cristal sort du trône de Dieu et arrose un bois aux récoltes prodigieuses, qui figure le paradis. »
80 - Apocalypse : le combat final et la Nouvelle Jérusalem
Version audio (vidéo : musique, texte dit et images)
article précédent
Haut de page
Version livre
article suivant
laissez un commentaire en cliquant dessous
Accueil Sommaire Page sommaire illustrée I - Les Romains en Touraine Introduction 1 - Les Turons à Tours 2 - Tours devient Carsarodunum 3 - Les bains romains 4 - Le bain à travers l'histoire 5 - Le pont-aqueduc de Luynes 6 - La Pile de Cinq-Mars 7 - La Pile de Cinq-Mars (suite) 8 - La fin des Romains II - Cathédrale Saint-Gatien 9 - La cathédrale - intérieur 10 - la cathédrale - extérieur 11 - Tombeau renaissance 12 - Orgue renaissance 13 - Les vitraux III - La vie de Saint-Martin 14 - Saint-Martin légionnaire 15 - Saint-Martin à Ligugé 16 - Saint-Martin évêque de Tours 17 - Voyages, rencontres de St-Mart 18 - La mort de St-Martin à Candes IV - Balade Anjou Touraine 19 - Une halte en Saumurois 20 - Le vin de Chinon et Rabelais 21 - Vins blancs Vouvray, Montlouis 22 - Savonnières et Bernard Palissy 23 - Eglise de Candes-Saint-Martin V - Conquête de Tours 24 - Naissance de la Martinopole 25 - La basilique Saint-Martin 26 - L'époque féodale 27 - Comtes de Blois, Comtes d'Anj 28 - La conquête de Tours VI - Les Plantagenêt (1) 29 - Naissance des Plantagenêt 30 - Mathilde, conquête d'Angleterre 31 - Aliénor d'Aquitaine à la cour 32 - Croisade et rupture entre Aliénor et Louis VII 33 - Les Plantagenêt à Chinon 34 - Henri II Plantagenêt - Ami, amours, emm... 35 - Henri II Plantagenêt, Aliénor et leurs fils VI - Les Plantagenêt (2) 36 - La croisade des enfants 37 - Richard Coeur de Lion 38 - Jean sans Terre 39 - La fin des Plantagenêt VII - L'abbaye de Fontevraud 40 - Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud 41 - Les "femmes" de Robert d'Arbrissel 42 - Abbesses et salle capitulaire 43 - Abbesses et pensionnaires 44 - Jardins, réfectoire et cuisine 45 - Eglise abbatiale 46 - Gisants des Plantagenêt 47 - Fontevraud après la révolution VIII - Les Templiers 48 - Naissance de l'Ordre du Temple 49 - Richesse des Templiers 50 - Quand les Templiers deviennent une menace... 51 - L'arrestation des Templiers 52 - Le trésor des Templiers 53 - Le procès des Templiers et leur passage en Touraine 54 - Philippe le Bel, roi "faux-monneyeur" 55 - La malédiction des Templiers 56 - Scandale de la tour de Nesle 57 - Fin des Capétiens-rois maudits IX - La guerre de cent ans 58 - Causes de la guerre de cent ans 59 - Début guerre de cent ans (1337) bataille de Crécy (1346) 60 - Les Bourgeois de Calais et avènement de Jean II le Bon 61 - Jean le Bon - bataille de Poitiers 62 - Régence du Dauphin Charles 63 - Aller-retour de Jean II le Bon 64 - Charles V roi sage 65 - Reconquête du royaume version texte version livre version audio 66 - La trêve de Bruges version texte version livre version audio 67-Régence de Louis d'Anjou version texte version livre version audio 68-Départ de Louis d'Anjou version texte version livre version audio X - L'Apocalypse 69-Signification et contexte version texte version livre version audio 70-Histoire de la tenture (1) version texte version livre version audio 71-Histoire de la tenture (2) version texte version livre version audio 72-Présentation du lecteur et st Jean version texte version livre version audio 73-Livre aux sept sceaux version texte version livre version audio 74-Les sept trompettes version texte version livre version audio 75-Le petit livre et les deux témoins version texte version livre version audio 76-Le dragon et les deux bêtes version texte version livre version audio 77-L'annonce du jugement dernier version texte version livre version audio 78-Les sept fioles version texte version livre version audio 79-Le châtiment de Babylone version texte version livre version audio 80-le combat final version texte version livre version audio Conclusion version texte version livre Visites Albums photos L'échoppe des histoires Sites amis Contact et newsletter Je dédie ce site et cette histoire à Gérard Parlant, mon ami et fidèle soutien Tous mes remerciements à Alain Brugnot, peintre, poète... et mon infatigable correcteurhttp://www.nos-racines.fr/annuaire?Hits=http://www.capucine11.com
capucine11 participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr
Tous droits réservés - 2009 - capucine11/Marie-Line Pelletier
http://site.web.perso.free.fr
Un grand merci aussi à mon ami Hervé Lalanne qui me prête sa voix avec Alain dans les versions audio